Enquête : Vote par correspondance - La rédaction de l’ordre du jour est-elle radicalement différente dans le cadre d’un formulaire de vote par correspondance ?

par YS
Affichages : 6728

Index de l'article

La rédaction de l’ordre du jour est-elle radicalement différente dans le cadre d’un formulaire de vote par correspondance ?

 

Nafy-Nathalie DIOPNafy-Nathalie Diop (responsable copropriété à Anthony) : «L’intention du vote par correspondance est de permettre aux copropriétaires de réinvestir la gestion de leur immeuble en les dispensant de participer à des assemblées générales auxquelles ils ne peuvent ou ne veulent plus assister. Les convaincre, à défaut de se déplacer, de renvoyer au moins un bulletin rempli de manière cohérente est devenu la mission impossible du syndic.

En effet, le copropriétaire donnait souvent son pouvoir au conseil syndical ou votait comme lui. Il n’a pas plus envie aujourd’hui de consacrer du temps à comprendre sa convocation ou de prendre le risque d’une mauvaise décision. Ne pas voter ou, pire, voter n’importe comment est beaucoup plus facile.

Pour éviter ces écueils, motiver les résolutions de manière à éviter des questions en suspens devient primordial. Inenvisageable également de laisser des blancs à compléter parce qu’ils pourraient devenir une modification transformant un votant en défaillant. Aussi, l’ordre du jour doit être complet et précis.

Proposer différentes options est source de complication en l’absence de débats. Sortir de sa neutralité habituelle de rédaction devient une obligation pour le syndic. Son devoir de conseil sera précieux pour simplifier les prises de décision en limitant les choix (…).

C’est là que se trouve en réalité la transformation radicale : dans ce mouvement de rédaction qui va remettre l’expertise du syndic au cœur de la gestion des immeubles et restaurer la confiance comme base de relation entre lui et ses mandants.»