[N° 561] - Copropriété : et pourquoi pas une aire de jeu ?

par Paul TURENNE
Affichages : 21437

Index de l'article

Bien connues des parents et appréciées des enfants, les aires de jeux ne sont désormais plus réservées au domaine public. Les copropriétés peuvent également choisir d’en installer pour les enfants de la résidence à condition de respecter des règles bien précises.

Paul TURENNE

Balançoires, portiques, toboggans, tunnels ou bien encore bacs à sable... l’offre en matière de jeux collectifs n’a jamais été aussi importante. Mais comment faire le bon choix ? Indépendamment du coût et de la place disponible dans les parties communes extérieures, les motivations et les besoins des enfants restent les caractéristiques principales à prendre en compte. Se faire conseiller sur les spécificités des jeux en fonction de l’âge et des attentes des enfants reste donc la meilleure solution, l’idéal étant d’installer des jeux stimulants et attractifs avec des espaces bien distincts en fonction des catégories d’âges pour plus de sécurité. Pour conserver cette attractivité, les jeux devront être variés avec des activités telles que la glisse, le balancement ou bien l’escalade.
Et bien sûr, l’ensemble doit rester accessible aux personnes handicapées et aux poussettes en prévoyant une rampe et un sol de sécurité sans marche autour des jeux, afin que n’importe quel adulte puisse venir surveiller. Ce sol devra toujours être suffisamment amortissant pour répondre aux normes DS/EN 1177, ce qui n’est pas toujours le cas avec du sable ou des gravillons (cf. encadré). Dans le même ordre d’idée, il convient de bien délimiter la surface de l’aire de jeux en tenant compte des éléments qui pourraient gêner. Ainsi, un lampadaire, une grille d’égout ou une voie d’accès peuvent limiter le nombre de jeux à installer, une zone d’évolution propre à chacun d’entre eux devant être respectée.
Autre caractéristique d’importance : l’emplacement géographique.
Soleil, ombre, vent... Autant de facteurs à prendre en compte avant l’installation de l’aire. A titre d’exemple, une rampe de toboggan devra toujours être installée plein nord afin d’éviter les brûlures occasionnées par la tôle chauffée par le soleil. Par ailleurs, l’aire devra comporter des zones d’ombre et ne pas être trop exposée, pour que les enfants ne soient pas « refroidis » par les conditions climatiques. Enfin, idéalement, utilisez des constructeurs certifiés ISO 14001 ou bien EMAS, afin d’éviter les matériaux
contenant des substances toxiques, notamment, le chrome ou l’arsenic imprégnés dans le bois.
Au final, et pour intégrer toutes ces données, le projet devra être mûrement réfléchi de l’étude à la maintenance, en passant par la réalisation de l’installation.
Pour les aires de jeux et terrains multisports, une qualification Qualisport pour l’installation et la maintenance reste, par ailleurs, un plus certain.