[N° 587] - Immobilier : Lyon conserve son dynamisme

par Paul TURENNE
Affichages : 7244

Index de l'article

En dépit d’un ralentissement national et d’une baisse de la demande, la capitale des Gaules a su tirer son épingle du jeu en 2012, même si l’envolée des prix sans limites semble clairement marquer le pas.

 

Avec ses 1 300 000 habitants, la métropole lyonnaise peut se targuer de faire partie des agglomérations françaises les plus dynamiques. En termes de population tout d’abord, puisqu’elle devrait atteindre, au sens large, les 3 millions d’habitants d’ici 2030. Mais également au niveau économique. Première ville industrielle de France, connue pour son secteur de la chimie, de la pharmacie, ou bien encore de l’automobile, Lyon joue la carte de la diversité avec une offre tertiaire qui ne cesse de se développer. Le quartier d’affaires de la Part-Dieu, deuxième en terme de volume juste après celui de La Défense dans les Hauts-de-Seine, compte ainsi un grand nombre d’entreprises d’envergure nationale ou internationale.
Sans surprise, cet afflux d’actifs, notamment venus de l’étranger, engendre une forte demande qui dope le marché immobilier. Pas étonnant dès lors que le Grand Lyon ait décidé de s’atteler à un projet urbanistique d’envergure sur la Presqu’île, située au confluent du Rhône et de la Saône. Baptisé Lyon Confluence, ce projet porte sur la reconversion de friches industrielles, logistiques et portuaires, dans le prolongement de l’hypercentre de Lyon dont il va doubler l’étendue. Le tout via des zones d’aménagement concerté (Zac). Ce territoire de 150 hectares accueillera, entre autres, 1 500 logements d’ici 2015, sans compter 40 % de bureaux et 30 % de commerces.

Crédit : ©Wikipédia Jean Bono