[N°620] - Charges de copropriété : stabilité en 2015

par Edilaix
Affichages : 16192

Index de l'article

Maîtrise des charges en 2015

Chaque année, l’Association des responsables de copropriété (ARC) livre les résultats de son observatoire des charges baptisé “Oscar”. Cet observatoire national est alimenté par les annexes comptables des syndicats de copropriétaires adhérents à l’ARC. «Après une augmentation de + 5,7% en 2013, une baisse de - 4,9% en 2014, les charges de copropriété de l’exercice 2015 n’évoluent que de + 0,7 % soit sensiblement du même niveau que l’inflation, c’est-à-dire relativement faible».
Ce résultat serait à mettre au crédit de la baisse des tarifs de l’énergie ; le chauffage est le poste de charges le plus élevé. En revanche, l’association pointe du doigt quelques augmentations bien supérieures à l’inflation : les honoraires de syndics, les primes d’assurance et le prix de certains contrats de maintenance. Pour l’ARC, «les premiers effets de la loi ALUR sur le montant des honoraires des syndics sont constatés dans certains contrats pour lesquels nous relevons une forte augmentation.»

Postes de charge en 2015 et leur évolution

L’évolution des charges de copropriété de l’exercice 2015, par rapport à l’exercice 2014, est globalement de + 0,7 % en moyenne, selon l’observatoire de l’ARC.

Source : ARC


 

Répartition des charges 2015 (par poste) en €/m2/an

La part du poste “Chauffage” est la plus élevée dans les charges de copropriété. Elle représente près de 28 % des charges totales en 2015. Les charges totales s‘élèvaient à 45 €/m2 en 2015.

Source : ARC


 

«L’action des syndics pour la modération des charges porte ses fruits»

Même satisfecit du côté de la FNAIM du Grand Paris qui avance pour la 2ème année consécutive, une baisse des charges de copropriété à 2,5 %. «Le montant global s’établit à 36 €/m2 soit 2 022 €/ lot. La baisse est d’autant plus forte pour les immeubles avec chauffage collectif (- 5,5 %) alors que les immeubles sans chauffage collectif connaissent une hausse de + 2,2 %.»

L’observatoire de la FNAIM du Grand Paris prend en compte 3 349 immeubles sur les 87 838 recensés, soit 92 623 lots sur 661 592 au total. La différence d’appréciation avec l’observatoire de l’ARC, tient à la méthodologie : l’organisation professionnelle établit ses ratios par m2 assuré lorsque l’association des copropriétaires raisonne par m2 habitable. Pour Didier Camandona, président de la FNAIM du Grand Paris, «l’action des syndics pour la modération et la baisse des charges porte ses fruits» et de citer les renégociations menées par les syndics sur les tarifs de l’énergie, sur les contrats de maintenance des ascenseurs et les contrats d’assurance.

En revanche, parmi les hausses les plus importantes de cet observatoire, figurent les honoraires de syndic avec une hausse de 11 % à 194,76 €/lot. «Cette hausse est due à de nouvelles et multiples obligations, comme le nouveau contrat de syndic, le compte bancaire séparé, les informations à fournir lors des promesses de vente, la création d’un site extranet des copropriétés», indique encore Didier Camandona.

A noter que cette hausse de 11 % définie par l’observatoire de la FNAIM est bien supérieure à celle calculée par l’ARC à 4,8 %.