[N° 586] - Immobilier : Caen, forte baisse

par Paul TURENNE
Affichages : 7643

Index de l'article

Fortes baisses des prix dans l’ancien, frilosité des acheteurs… L’immobilier est loin d’être au beau fixe, depuis l’année dernière, dans la Cité de Guillaume le Conquérant. Une tendance qui semble se confirmer en 2013.

Les derniers chiffres publiés par les notaires de France ne souffrent d’aucune contestation : le marché immobilier caennais a bel et bien dévissé. Ainsi, au troisième trimestre 2012, le prix médian au m² des appartements anciens s’est établi à 2 050 €. Soit une baisse plus que significative de 10,3 % sur un an pour la période du 1er juillet au 30 septembre 2012. La plus forte baisse dans toute la France ! De fait, la suppression du prêt à taux zéro plus (PTZ+) pour l’achat d’un logement ancien a fortement limité les possibilités des primo-accédants en 2012. Car, même si le PTZ+ reste ouvert pour l’achat de logement neuf, les prix qui y sont pratiqués demeurent la plupart des temps «hors budget». A titre d’exemple, selon les derniers chiffres des notaires, un appartement neuf de deux pièces dans le quartier Sud de Caen coûte entre 3 390 €/m² à 3 630 €/m². Un même logement dans l’ancien se négocie, lui, entre 1 490 €/m² et 2 270 €/m². En dépit du recul des taux d’intérêt immobiliers, les jeunes de moins de 30 ans rencontrent donc des difficultés croissantes à accéder à la propriété. Une situation d’autant plus difficile que les banques n’ont pas baissé leurs exigences et réclament toujours plus de garanties, notamment au niveau de l’apport personnel.

La ville possède pourtant d’indéniables qualités, à commencer par son dynamisme économique avec plus de 120 000 emplois sur l’agglomération. La présence de grandes industries et d’un tissu dense de PME, à deux heures de Paris, n’y est pas pour rien. La capitale de Basse-Normandie accueille, en outre, près de 24 000 étudiants qui apprécient la vitalité culturelle, la bonne desserte de transports en commun et la proximité de la Manche à seulement 12 kilomètres. Sans compter 500 hectares d’espaces verts intra-muros.

Photos : Immeuble bourgeois : Caen, 144 Rue Caponière. DR