Copropriété : Le vote par correspondance

par Gilles Frémont , Chronique assurée et rédigée par l’Association nationale des gestionnaires de copropriété
Affichages : 766

J’ai besoin de sentir l’ambiance de la salle, glaciale, brûlante ou électrique. J’ai besoin d’entendre battre son cœur. Pour convaincre, je dois séduire, émouvoir ; je dois parler avec mon corps, faire passer des messages, communiquer avec mon regard, et laisser venir mon intuition. Pour vivre, et travailler, j’ai besoin de vibrer.

Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 665 de janvier-février 2021 

Ils sont tous là, muets, insipides et sans relief. Ils sont là, étalés sur le bureau, inertes, triés par piles de dix, vingt, trente, quarante. Il m’a fallu plusieurs heures pour les ouvrir, les classer, les saisir. Ça tombe bien, j’avais que ça à faire. Saisir, mais d’abord, comprendre. Dans le fourbie des formulaires de vote par correspondance, beaucoup d’entre eux me laissent perplexe. Je vois des votes pour dans la colonne contre, des votes contre dans la colonne pour ; je vois des ratures, des croix, des ronds, du blanc ; je vois des bulletins en photo ; je vois des votes dans des résolutions sans vote. Saisir, mais d’abord déchiffrer, résoudre l’énigme, élucider le mystère.

Que dire de ceux qui me renvoient le formulaire signé mais sans le remplir, ceux qui le remplissent sans le signer, ceux qui cochent une case sur deux, ceux qui cochent plusieurs cases, ceux qui oublient une page, les indifférents qui disent oui partout comme on répond à un questionnaire de satisfaction, les indécis qui s’abstiennent partout, les grincheux qui mettent non partout, les prolixes qui font des petits commentaires partout, au-dessus, au-dessous, à côté, tant qu’il y a de la place, «je vote pour/à-condition-de», «je vote contre/sauf-si», «je m’abstiens-parce-que». STOP ! J’ai mal à la tête.

Ah non, j’oubliais ceux qui me téléphonent pendant qu’ils remplissent le formulaire dans le canapé. Je tiens une AG par copropriétaire : «Monsieur le syndic, je coche quoi pour la désignation du président de séance, et le scrutateur, c’est vide dans l’ordre du jour ? Et sinon comment fait-on pour l’élection du conseil syndical, je peux me présenter ou c’est trop tard ? A la résolution 10, c’est quoi la nourrice ? ». « Au pire, je vous envoie le formulaire et vous le donnerez à quelqu’un ? — Non Monsieur, ce n’est pas un pouvoir, ça c’est l’autre feuille, celle qu’on a mis juste devant. — Ah, d’accord, mais le pouvoir je vous le renvoie quand même ? — Vous faites comme vous voulez Monsieur, vous avez aussi le droit de venir à l’assemblée».

Allez c’est l’heure, je dépouille le fatras de papiers. Tiens, cette résolution-là est déjà “pliée”, on ne changera pas la nourrice, ceux qui viendront seront ravis, circulez y’a rien à voir et merci d’être venus. J’ai des vertiges. La prochaine fois, pourrais-je pré-remplir les formulaires avant de les diffuser ? Mieux, pourrais-je supprimer la colonne contre, et tant qu’on y est, supprimons aussi l’abstention, elle ne sert à rien. Ça y est je déraille, j’angoisse, je vois des formulaires partout.

Vite, venez me cherchez.

 

Gilles Fremont

Gilles Frémont, directeur copropriété / Président ANGC

 

Logo ANGC

Membre de l'ANGC ? Abonnez-vous à la revue à un tarif préférentiel !
☞ En savoir plus