Portrait : Olivia MILAN, une femme-orchestre

par Sophie MICHELIN-MAZÉRAN, journaliste juridique
Affichages : 736

©DR

Faiseuse de salons, tel est l’art d’Olivia Milan. Une travailleuse assidue, capable de jouer en même temps plusieurs partitions pour que de grandes messes puissent rassembler et servir toute une communauté, telles que le salon de la Copropriété et de l’Habitat dont elle est le commissaire général. Plein cadre sur une battante ayant plusieurs cordes à son arc, et qui va toujours de l’avant, quoi qu’il arrive.

Olivia Milan, parole alerte et voix chaleureuse, est tombée dans la marmite palpitante de l’événementiel au début des années 90, et y est restée.

Voilà près de trente ans qu’elle crée, pilote et fait grandir des salons professionnels, mais aussi grand public, à travers les continents. La Chine, le Brésil, le Canada, l’Algérie… n’ont plus de secret pour elle.

Pourtant, rien ne prédestinait cette diplômée de grandes écoles de commerce parisiennes à orchestrer, pour l’un des leaders mondiaux de l’organisation d’événements, de grands salons dédiés à l’industrie alimentaire, l’emballage, puis l’immobilier.

Si ce n’est, peut-être, une nécessité d’entreprendre, transmise en intraveineuse par ses aïeules féminines, qui n’ont eu de cesse de s’émanciper, en particulier lors des deux dernières guerres du XXe siècle, pour tracer leur propre chemin.

Et c’est tant mieux, car endosser la charge de commissaire général de salons n’est pas de tout repos. Il faut savoir croiser plusieurs expertises (managériales, commerciales, budgétaires, relationnelles…), puis se situer à l’intersection de celles-ci pour que tout soit prêt le jour J.

«Mais, la plus belle des récompenses, c’est quand une mosaïque d’acteurs se rencontrent sur un salon, s’écoutent et construisent ensemble des solutions», répète à l’envi Olivia Milan.

Un leitmotiv qui la guide dans son travail. En témoigne le Salon de la copropriété qu’elle dirige depuis 2013, après une pause forcée en 2020, pandémie oblige.

Cette manifestation de deux jours, qui rassemble chaque année dans la capitale près de 9 000 participants, au premier rang desquels des copropriétaires, des syndics et des entreprises, est devenue le rendez-vous incontournable et fédérateur de tout un marché. Les grandes manœuvres pour l’édition 2023, prévue les 8 et 9 novembre prochains, ont d’ailleurs débuté il y a plusieurs mois déjà. «Nous travaillons d’arrache-pied pour apporter des réponses concrètes aux nouveaux défis technologiques, réglementaires et sociétaux auxquelles sont confrontées les copropriétés. L’accélération de la transition énergétique des immeubles collectifs, le mieux vivre ensemble ou encore la valorisation du métier de syndic, seront au menu des réjouissances», confie l’affable Olivia Milan.

Et de poursuivre, «pour ce faire, nous mettons en place un espace présentant des solutions bas-carbone, et nous créons, au sein même du salon, le congrès des professionnels de la copropriété pour leur offrir des services dédiés. De plus, nous reconduisons le forum des métiers conçu en 2022. Naturellement, les conférences, ateliers et formations rythmeront toujours les deux jours du Salon. Sans oublier, la traditionnelle nocturne où la convivialité s’exprime à plein entre les exposants et les visiteurs professionnels ainsi que la remise des Grands Prix de la Copropriété».

Fidèle à son esprit entrepreneurial, Olivia Milan, avec sa casquette de dirigeante de société cette fois, accompagne les syndics en phase de transformation, pour des missions de réorganisation.

Et parce que le mot «ensemble», elle ne le réserve pas qu’aux salons, Olivia Milan œuvre aussi bénévolement dans une association pour aider des créateurs d’entreprise à voler de leurs propres ailes. Décidément, cette amoureuse de la Bretagne pourrait faire sienne cette citation d’Antoine de Saint-Exupéry : «L’avenir, tu n’as pas à le prévoir, mais à le permettre».