Copropriété : Enquête

par YS
Affichages : 2004

copropriétéSatisfait de votre syndic ?

«Si l’on devait faire la liste des professions ayant mauvaise réputation, nul doute que celle de syndic serait bien placée et, si ce n’est en tête, du moins sur le podium d’arrivée». Depuis 2012, l’association des consommateurs CLCV, associée au journal Notre temps, a initié un baromètre de satisfaction des syndics. De cette enquête menée auprès de 2 500 personnes, il ressort, qu’en 2020, 56 % des copropriétaires sont globalement satisfaits de la gestion de leur syndic, un taux identique à celui de 2012 et très proche de celui de 2016 (54 %).

Si l’on prend l’ensemble des items soumis à l’enquête, la satisfaction moyenne des copropriétaires à l’égard du syndic est de 49 %. Le suivi des impayés par le syndic est globalement plébiscité avec un taux de satisfaction de 55 %, de même que la clarté des informations transmises par le syndic (56 %) ou encore la qualité des relations avec le conseil syndical (57 %), voire le suivi des contrats de prestations de services (50 %). En revanche, la réactivité des gestionnaires face aux sollicitations pourrait être améliorée, le taux de satisfaction s’établissant à 41 %. Parmi les qualités recherchées pour le syndic, le podium est le suivant : la réactivité, la rigueur et le relationnel.

L’enquête, dont c’est la quatrième édition, confirme une distinction de l’indice de satisfaction selon le statut, simple copropriétaire ou conseiller syndical. Ces derniers semblent mieux apprécier le travail de leur syndic avec un indice de 63 % de satisfaits contre 42 %, pour les copropriétaires. Autre distinction à observer : la satisfaction est meilleure à l’égard d’un cabinet indépendant (53 %) qu’à l’égard d’un grand groupe (44 %).

Parmi les autres enseignements de cette étude comportant des biais (âge et origine géographique des sondés, taille des copropriétés concernées) : le syndic en ligne n’a pas la côte : c’est «une mauvaise idée» pour les deux-tiers des sondés ; 43 % des sondés déclarent que leur conseil syndical n’a engagé aucune réflexion sur des travaux à mener ; à peine 50 % des sondés assistent à l’assemblée générale ; ces absences se justifient pour la moitié des situations, en raison «du déroulement des assemblées générales» ; enfin, 71 % des répondants estiment que la qualité des relations de voisinage influe favorablement la prise de décision en copropriété. A lire sur www.clcv.org