[CCED - N°17] - L'édito - Et si on demandait de l’aide ?

par Jean-Marc ROUX - Directeur scientifique des éditions Edilaix
Affichages : 395

Le rapport de l’ANAH pour 2018 est éloquent. Qu’il s’agisse du traitement de l’habitat indigne ou très dégradé ou du redressement des copropriétés en difficulté proprement dites, 126,2 millions d’euros pour le premier et 66,1 millions d’euros pour le second, ont été octroyés par l’Agence nationale de l’habitat.

De quoi donner des idées et surtout déclencher des initiatives de la part de ceux qui sont en charge de la gestion des copropriétés susceptibles de bénéficier d’aides de la part des pouvoirs publics, lorsque l’on se souvient que le Plan Initiative Copropriété, piloté par l’ANAH, permet de mobilier deux milliards d’euros.
Deux solutions. Soit convaincre les copropriétaires de solliciter eux-mêmes les aides, soit faire les démarches au nom du syndicat. Et pourquoi pas les deux ?