Copropriété : Charges de copropriété

par YS
Affichages : 1359

Charges de copropriété20 mesures pour prévenir les impayés

L’Association QualiSR, l’Union des Syndicats de l’Immobilier (UNIS), la Fédération nationale de l’Immobilier (FNAIM), la Fédération Soliha, l’Association des responsables de copropriété (ARC) et le Réseau Procivis ont présenté, le 26 janvier dernier, une plateforme commune de vingt propositions pour traiter les impayés de charges.

Lors de cette présentation, Olivier Safar, président de QualiSR, a prévenu que si «le risque d’impayés de charges a été identifié dès les premiers jours de la crise sanitaire dans le secteur tertiaire et moins évoqué dans le champ de l’habitat (…), il n’en reste pas moins que la prévention et le traitement efficace des impayés de charges sont essentiels pour éviter que les copropriétés ne plongent dans la spirale de la dégradation.» 

Pour ses initiateurs, ces propositions doivent permettre d’anticiper «le risque de fragilisation des copropriétés dans les années qui viennent, face au double défi auquel un grand nombre d’entre elles vont être confrontées : réaliser les travaux d’entretien reportés depuis le début de la pandémie et souvent depuis plus longtemps, et se soumettre à la quasi-injonction de rénovation énergétique émise par la loi Climat et Résilience du 22 août 2021».

Ces propositions sont regroupées autour de trois axes : prévenir les impayés de charges ; favoriser la conciliation et renforcer la phase précontentieuse ; accélérer et rendre plus efficace la phase contentieuse.

 

Prévenir les impayés de charges

Proposition 1 : Intégrer les charges de copropriété courantes comme exceptionnelles au plan de financement des candidats à l’accession à la propriété en transmettant l’information au moment de la visite d’un bien, information pouvant être ensuite transmise à la banque par l’acquéreur ; Informer l’acquéreur du plan pluriannuel de travaux (PPT) mentionnant les travaux d’envergure à prévoir, ou, à défaut de PPT, transmettre une estimation, sous la forme d’une infographie, des charges exceptionnelles à prévoir à partir d’une moyenne calculée au m2.

Proposition 2 : Recommander au syndic assisté du conseil syndical, la mise en concurrence au moins tous les trois ans des contrats des prestataires de la copropriété et prévoir que le syndic rende compte aux autres organes du syndicat, selon la même périodicité, des actions qu’il a menées pour maîtriser les charges courantes de la copropriété.

Proposition 3 : Normaliser et simplifier les appels de fonds en faisant figurer clairement le montant dû et sa date d’exigibilité et en mettant en exergue, sous la forme d’un graphique, les différentes dépenses (travaux, courant, administration, etc.) afin de mieux comprendre la répartition des charges.

Proposition 4 : Pour l’exécution du budget prévisionnel, le syndic adresse à chaque copropriétaire l’avis indiquant le montant de la provision exigible au moins quinze jours avant la date d’exigibilité déterminée par la loi.

Proposition 5 : Rendre obligatoire la proposition par le syndic de mensualiser les charges courantes et cotisations au “fonds travaux” de copropriété en procédant à un appel de fonds trimestriel faisant figurer l’exigibilité́ mensuelle. 

Proposition 6 : Augmenter le seuil du montant de l’avance de trésorerie au quart du budget prévisionnel et habiliter le syndic à appeler cette avance après avis motivé du conseil syndical et vote en assemblée générale.

Proposition 7 : Retirer aux copropriétaires débiteurs condamnés par la justice le droit de vote relativement au renouvellement du contrat de syndic ainsi que la possibilité de se faire élire au conseil syndical.

Proposition 8 : Clarifier le statut des sommes dans les à-nouveaux non justifiés ou dont le recouvrement est prescrit.

Proposition 9 : Expurger les règlements de copropriété de toute reproduction in extenso des dispositions légales.

 

Favoriser la conciliation et renforcer la phase précontentieuse

Proposition 10 : En cas d’impayés de charges, le syndic procède à une relance par courrier simple ou courrier électronique deux semaines après l’exigibilité des fonds, puis à une mise en demeure par lettre recommandée avec accusé de réception quatre semaines après l’exigibilité des fonds.

Et à ce titre, recommander la pratique du commandement de payer délivré par exploit d’huissier.

Proposition 11 : Généraliser la mise au vote de protocoles de recouvrement des charges impayées comme méthode de gestion des dettes.

Proposition 12 : Donner aux syndics la faculté de signer des protocoles d’accord d’échelonnement de dettes des copropriétaires débiteurs (sur 24 mois maximum) et, dans le cas spécifique des copropriétés fragiles et en difficulté, de lancer des appels de fonds pour insuffisance de trésorerie. 

Proposition 13 : Améliorer l’information des copropriétaires par les syndics relativement aux possibilités de soutien des services sociaux, et plus particulièrement les ADIL départementales, en faisant figurer ce contact dans le modèle de la notice d’information pour les nouveaux acquéreurs.

Proposition 14 : Rendre obligatoire l’introduction d’une clause pénale dans les règlements de copropriété.

 

Accélérer et rendre plus efficace la phase contentieuse

Proposition 15 : Organiser avec le conseil syndical des réunions semestrielles de suivi des débiteurs de la copropriété et informer tous les ans l’assemblée générale des procédures contentieuses en cours.

Proposition 16 : Définir une procédure comptable pour permettre au conseil syndical de mieux identifier l’ensemble des sommes engagées par rapport à celles récupérées. Développer des formations comptables pour compléter celles prodiguées par les avocats dans le but de mieux retranscrire comptablement les jugements.

Proposition 17 : Inviter, par voie de circulaire de la Chancellerie, le juge à appliquer de manière juste et saine l’article 700 du Code de procédure civile.

Proposition 18 : Énumérer limitativement dans le protocole de recouvrement les actions nécessaires au recouvrement des impayés de charges, pour compléter la liste de l’article 10-1a) de la loi du 10 juillet 1965.

Proposition 19 : Inviter les cours d’appel à la mise en œuvre de la procédure de circuit court ou à bref délai pour les affaires relatives à des recouvrements de charges de copropriété.

Incidemment, rappeler, par voie de circulaire, le mécanisme de la procédure accélérée au fond de recouvrement des charges telle que résultant de la loi ELAN.

Proposition 20 : Rendre possible pour le syndic l’inscription d’une hypothèque judiciaire conservatoire sans passer par un avocat.

Les motivations des vingt propositions sont à retrouver sur www.associationqualisr.org