[N°638] - Organiser la fête des voisins

par Julie Hainaut - Journaliste
Affichages : 1077

Grand rendez-vous citoyen en France (et dans le monde !), la Fête des voisins est une façon d’échanger, de rencontrer, le tout dans une ambiance conviviale et chaleureuse. Mais comment mobiliser les habitants et faire de cet événement une fête réussie ?

Elle existe depuis 18 ans et compte près de 9 millions de participants en France, et 30 millions dans le monde. Initiée par Atanase Perifan pour lutter contre l’individualisme et le repli sur soi, la Fête des Voisins séduit chaque année de plus en plus d’occupants, même si certains la considèrent encore clairement «hypocrite». Comme Jérôme, 40 ans, qui refuse d’y mettre un pied. «Chaque jour de l’année, dans l’ascenseur, les gens se disent à peine bonjour. Partager un repas relève totalement de l’hypocrisie !» «Et puis ce n’est pas parce qu’on habite dans le même immeuble qu’on a forcément des atomes crochus et qu’on est obligé de se parler», surenchérit Véronique, 50 ans. «Sans parler du fait que ça peut vite tourner en règlement de comptes. Si c’est pour entendre que la voisine du 5e fait trop de bruit, que celui du 3e ne trie pas ses déchets… Non merci !» ajoute Lucien, 38 ans. «Les gens doivent réaliser que le voisinage peut être un territoire naturel de l’expression de la solidarité. Il faut stimuler la générosité des habitants, c’est une énergie renouvelable à l’infini. Les problèmes de voisinage se règlent d’ailleurs plus facilement quand les voisins se parlent, communiquent. La Fête des Voisins améliore l’atmosphère entre les occupants», explique Atanase Perifan, créateur de l’événement.
 
Quand il a créé sa première fête des voisins, il y a près de vingt ans, il était seul, a mis quelques affiches dans son quartier, dans les boîtes aux lettres, et a installé sa planche, ses deux tréteaux, quelques friandises et a attendu ses voisins. «A 20 heures, j’étais seul. A 20h30 aussi. A 21 heures, une dame de 60 ans est arrivée, puis repartie. A 21h30, nous étions 15. A 22 heures, 30. A 22h30, tout le monde se demandait pourquoi on avait attendu tant de temps pour se réunir. A 23 heures, plus personne ne voulait renter chez soi» raconte Atanase Perifan. Le plus dur, selon lui, c’est de se lancer, d’initier la première fête des voisins.
 
 Conseils pratiques 
Il vaut mieux préparer la fête avec un ou deux voisins que seul, dans son coin. «Plus vous serez nombreux à préparer la fête, plus le bouche-à-oreille fonctionnera. Répartissez-vous les tâches, partagez les projets, discutez-en», assure Atanase Perifan. Il est également possible de récupérer des affiches dans sa mairie si elle est partenaire d’Immeubles en fête, ou sur le site dédié à la fête des voisins, ainsi que des tracts et invitations à personnaliser selon la date, l’heure et le lieu du rendez-vous. Plus vous communiquerez, plus les voisins seront susceptibles d’être intéressés. Une bonne communication est primordiale, mais un bon emplacement aussi. Privilégiez une partie commune (cour, entrée, jardin…) plutôt que l’appartement d’un habitant. Et surtout, un emplacement convivial et assez grand pour disposer vos tables et sièges. Et n’hésitez pas à soigner l’ambiance (décoration, musique etc.). Adaptez-vous, aussi. Pensez ainsi aux enfants, n’oubliez pas de prévoir des boissons sans alcool, des bonbons, des ballons… Les enfants sont aussi un catalyseur pour ce genre de fête. Et puis osez ! Le jour J, n’hésitez pas à sympathiser avec vos voisins, ne restez pas dans votre coin. Si l’immeuble dans lequel vous vivez est immense, il est possible de prévoir un petit badge avec son nom dessus pour faciliter les présentations. Enfin, ne baissez pas les bras. Si la première fête n’a pas obtenu un franc succès, ne vous découragez-pas, et renouvelez l’expérience. Caroline, 28 ans, confirme. «Il y a trois ans, j’ai été mutée dans une autre ville. Dans mon précédent immeuble, nous avions l’habitude de faire une Fête des Voisins au moins une fois par an, certains sont même devenus des amis ! En déménageant, je me suis retrouvée seule. J’ai initié la première fête des voisins, qui n’a pas remporté beaucoup de suffrages… Nous étions trois, alors que l’immeuble compte 70 appartements ! L’année d’après, j’ai réitéré l’expérience, une quinzaine de personnes est venue. Je bois parfois un café avec certains de mes voisins, nous nous rendons des services : je garde leur chat en leur absence, ils relèvent mon courrier quand je suis en déplacement… Cette année, j’espère qu’on sera au moins autant que l’année dernière, j’ai l’impression que le bouche-à-oreille commence à fonctionner ! ».
La prochaine Fête des Voisins aura lieu le 25 mai 2018. Il s’agira de la 19e édition. «Mais la date n’est pas figée, tout le monde peut créer une date à sa guise».
«Il y a plein de générosité chez les gens, il faut la développer. La Fête des Voisins ne coûte pas cher et peut rapporter gros, ne l’oublions pas !» conclut le créateur de l’événement.
 
  Trois questions à Atanase Perifan 
Président de la Fédération Européenne des Solidarités de Proximité, créateur de la Fête des Voisins et de Voisins Solidaires.
Comment vous est venue l’idée de créer un tel événement citoyen ?
«En 1999, alors élu, j’ai découvert qu’une voisine de 84 ans était décédée dans son appartement depuis quatre mois. Cela a été un vrai choc pour moi. J’ai pris conscience qu’il se cachait des détresses derrière les murs. La Fête des Voisins est née de ce constat. Aujourd’hui, l’un des vrais problèmes de la société française, c’est la relation à l’autre. Il y a une souffrance relationnelle. On peut être seul à 25 ans en gagnant très bien sa vie, seul dans son couple à 35 ans, seul à 60 ans. L’isolement ne touche plus seulement les personnes âgées.»
Vous attendiez-vous à un tel engouement ?
«Absolument pas. Aujourd’hui, on réalise, par les témoignages et les sondages, qu’elle a un impact sur les gens. Il y a un isolement hallucinant en France, tout le monde est hyper connecté mais pas en relation. La Fête des Voisins est une réponse à un problème sociétal. Elle est un catalyseur social, et créatrice de milliers de situations d’entraide.»
Quid de Voisins Solidaires ?
«La Fête des Voisins est finalement un prétexte, celui de faire le premier pas vers l’autre. L’association Voisins Solidaires est le vrai sens du projet, à savoir comment développer effectivement et efficacement la solidarité entre voisins. Entretenir de bonnes relations de voisinage facilite la vie au quotidien. L’association Voisins Solidaires développe un dispositif national de mobilisation dont l’objectif est de renforcer les solidarités de proximité et de développer les petits services et l’entraide entre voisins qui facilitent la vie au quotidien : L’Eté des Voisins, Le Noël des Voisins, la Rentrée des Voisins, etc.»
 
Infos pratiques  
Fête des voisins : vendredi 25 mai
> http://www.lafetedesvoisins.fr/
> http://voisinssolidaires.fr/