[N° 567] - Rapport ministériel : les contrats de performance énergétique (CPE)

par Edilaix
Affichages : 4714

Index de l'article

Extraits du rapport de Maître Ortéga relatifs aux immeubles gérés en copropriété

 

Chargé en juillet 2010, par le ministre Borloo de dresser l’inventaire des freins à la mise en œuvre des contrats de performance énergétique et d’émettre des recommandations, Olivier Ortéga, avocat associé au cabinet Lefèvre Pelletier & Associés, a remis ce 11 mars, son rapport à Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement.
L’auteur dresse notamment une typologie des contrats de performance énergétique (CPE), examine les freins juridiques, économiques et techniques à la passation des CPE et présente 16 recommandations.
Nous publions ici les extraits ayant trait à l’aspect juridique de la copropriété.

 

Etat des lieux

(…)

L’environnement réglementaire des copropriétés

DPE et audits énergétiques. La loi Grenelle 2, codifiée aux articles L134-1 et L134-4-1 du code de la construction et de l’habitation prévoit que devra être réalisé dans un délai de cinq ans à compter du 1er janvier 2012, dans les copropriétés dotées d’une installation collective de chauffage ou de refroidissement :

• un diagnostic de performance énergétique pour les copropriétés de moins de cinquante lots ;

• un audit énergétique pour les copropriétés de cinquante lots et plus, à usage d’habitation dont le dépôt de permis de construire est antérieur au 1er juin 2001.

La loi impose également au syndic de soumettre au vote de l’assemblée générale qui suit l’établissement de ces études, la «question» d’un contrat de performance énergétique ou d’un plan de travaux. Cette obligation suppose toutefois que le syndic, en accord avec le conseil syndical, s’approprie le dossier énergétique et que la résolution soit présentée aux copropriétaires dans des conditions la rendant à la fois compréhensible et porteuse d’une authentique réflexion :
«Pour tout immeuble équipé d’une installation collective de chauffage ou de refroidissement, le syndic inscrit à l’ordre du jour de l’assemblée générale des copropriétaires qui suit l’établissement d’un diagnostic de performance énergétique prévu à l’article L.134-1 du code de la construction et de l’habitation ou d’un audit énergétique prévu à l’article L.134-4-1 du même code la question d’un plan de travaux d’économies d’énergie ou d’un contrat de performance énergétique.
Avant de soumettre au vote de l’assemblée générale un projet de conclusion d’un tel contrat, le syndic procède à une mise en concurrence de plusieurs prestataires et recueille l’avis du conseil syndical.
Un décret en Conseil d’Etat fixe les conditions d’application du présent article».

La rédaction du texte est assez ambiguë dès lors qu’elle est comprise par une partie des acteurs comme devant provoquer le vote des copropriétaires sur le principe d’un contrat de performance énergétique alors que, pour d’autres, elle signifie le vote sur un contrat ayant fait l’objet de la consultation prévue à l’alinéa 3 susvisé.

Gouvernance. Par ailleurs, la loi rend désormais possible de voter des travaux sur  des parties privatives dès lors qu’ils sont d’intérêt collectif - notion qui reste à définir par décret -, à la charge des propriétaires concernés, sauf si des travaux équivalents ont été réalisés dans les dix années précédentes. Ces travaux pourront être décidés à la majorité absolue de l’article 25, voire à défaut à celle de l’article 25-1, par dérogation au droit commun de la copropriété.
L’ensemble de ce dispositif se heurte à des difficultés spécifiques à la copropriété.
De manière générale, il est difficile de susciter chez les propriétaires en général, dont les copropriétaires, la décision d’entreprendre une rénovation énergétique, notamment lorsqu’il s’agit de travaux lourds qui n’ont pas vocation à s’autofinancer à moyen terme et qui laissent donc une part de financement à la charge des copropriétaires.
Cette difficulté est d’autant plus aiguë pour les copropriétaires bailleurs, par opposition aux copropriétaires occupants, pour lesquels les contrats de performance énergétique et la baisse des charges n’impactent pas directement leur pouvoir d’achat. Elle pose également problème pour les copropriétaires occupants retraités ou ceux ayant une stratégie de revente rapide qui ne sont pas intéressés par une démarche à long terme.
Si la raison d’être de ces règles de majorité n’est pas en question, leurs effets peuvent freiner un certain nombre de situations.

Eco-prêt. On retrouve des difficultés comparables s’agissant de l’utilisation de l’éco-prêt à taux zéro. En effet, dans une copropriété, chaque copropriétaire doit déposer individuellement une demande d’éco-prêt à taux zéro, ce qui peut constituer un obstacle du fait d’une complexité relative du dossier.
L’absence d’éco-prêt à taux zéro collectif, qui peut s’expliquer par le respect des choix individuels de chacun des copropriétaires, peut cependant être palliée par la possibilité de rendre le syndic mandataire des copropriétaires qui souhaitent recourir à ce mode de financement gratuit.

Copropriétés de moins de cinquante lots. En deçà de cinquante lots, la loi Grenelle 2 n’impose la réalisation que d’un simple diagnostic de performance énergétique dont la partie préconisations sera sans doute limitée par le décret attendu, sauf si ce décret se distingue radicalement du DPE appliqué au local individuel, se rapprochant ainsi d’un audit énergétique. Il sera vraisemblablement difficile aux propriétaires de voter le principe de travaux sur la base de cet outil. La réalisation d’un audit opérationnel aurait un coût supérieur mais fournirait aux copropriétaires des orientations précises et une connaissance leurs permettant de faire jouer pleinement la concurrence.