[N° 570] - METROPOLE LILLOISE : La ville du nord garde son attrait avec de fortes disparités

par Paul TURENNE
Affichages : 1654

En dépit d’un marché manquant quelque peu de fluidité, Lille reste globalement attractive de par son charme et son emplacement au centre de l’étoile Paris/Bruxelles/Londres. Les écarts de prix sont importants entre les quartiers.

«Pour les appartements anciens, nous avons enregistré une augmentation des prix de 4 % dans le Nord, et de 7 % à Lille. Les secteurs République et Vauban ont connu la plus forte hausse à 11 %. Pour ce qui est des appartements neufs, l’augmentation a été, en moyenne de 8 % dans le Nord et 10 % dans Lille, avec une hausse de 10 % sur Vauban et 7 % sur Wazemmes. L’augmentation a donc été un peu plus forte dans le neuf que dans l’ancien», constate Me Hugues Lemaire du conseil régional des Notaires du Nord-Pas-de-Calais. Emplacement géographique à une heure de Paris en TGV, important dynamisme économique, charme architectural certain et forte identité pour chacun de ses quartiers… Lille possède de nombreux atouts propres à soutenir son marché de l’immobilier.

(ci-contre : Grande Place Bourse du travail et beffroi Lille)

Le centre et le vieux Lille

Parmi les quartiers les plus recherchés et, donc les plus chers, figurent le centre et le Vieux-Lille. Les prix pour un appartement dans l’ancien y oscillent entre 2 500 et 3 800 € le m2, et peuvent même atteindre des sommets impressionnants à 4 500 voire 5 000 € le m2 pour des petites surfaces comme les studios ou les T2. A noter que les ventes pour ce type de biens ont été surtout concentrées d’avril à juillet, en prévision de la rentrée universitaire, qu’ils s’agissent de parents achetant pour leurs enfants ou d’investisseurs effectuant des acquisitions en vue de remettre ces logements sur le marché locatif. Particulièrement prisé par les étudiants et proche du centre, le quartier Vauban affiche, lui, des prix autour de 2 500 € le m2, avec des pointes à 3 100 € le m2. A Saint-Michel, les prix varient entre 2 700 et 3 500 € le m2. Dans le neuf, les prix sont stables. Il faut compter entre 3 020 et 4 300 € le m2 pour un appartement à Lille.

Effet TGV

Plusieurs phénomènes expliquent ces prix élevés. A commencer, pour les quartiers proches de la gare TGV, par la clientèle parisienne. Ces actifs peuvent travailler à Lille et être désireux de se loger dans un petit appartement pour la semaine avant de rentrer chez eux le week-end. Ou à l’inverse, travailler sur Paris et profiter chaque soir du charme lillois. Les investisseurs parisiens ne sont pas en reste et contribuent également à faire monter les prix dans les quartiers les plus attractifs. En périphérie au nord-est de Lille, le quartier de Pellevoisin et la commune de La Madeleine restent ainsi très demandés, du fait de la proximité de Lille, de la gare TGV et de leur excellente desserte par le tramway et les axes autoroutiers. Sans compter des taxes foncières moins importantes que dans le centre de Lille. Comptez environ 220 000 € pour un appartement de type T3 avec terrasse et jusqu’à 300 000 si ce dernier est situé dans une résidence de standing des années 70.

A l’inverse, les prix dans les quartiers plus excentrés et populaires restent, sans surprise, plus abordables, comme Saint-Maurice et Fives, avec des prix compris entre 1 830 à 2 940 € le m2 ou Wazemmes et Moulins où ils vont de 1 760 à 3 330 € le m2.

Baisse en trompe-l’oeil

Selon Me Hugues Lemaire, «si la tendance du marché a été bonne en 2010, nous avons senti en 2011 un ralentissement en terme de volume, et constaté, de façon très étrange, une baisse de prix d’environ 5 % sur le premier trimestre. Cela étant, les notaires ou les agents immobiliers n’ont pas vu une baisse de prix généralisée. Il s’agit donc vraisemblablement d’une baisse de volume sur les biens dont les prix sont les plus élevés à Lille.» Un ralentissement en volume donc, et pas tellement en prix.

 


 

Paul TURENNE