[N°628] - Entretien avec Laurent Demas, fondateur du cabinet conseil en financement de la rénovation “VertDurable”

par YS
Affichages : 1932

«Notre action est d’identifier les travaux éligibles aux aides».

Laurent Demas est le fondateur du cabinet conseil en financement de la rénovation “VertDurable”. Le cabinet s’intéresse plus particulièrement depuis 2011 au financement de la rénovation des copropriétés. Aujourd’hui, “VertDurable” dispose d’une réelle expertise pour rechercher et obtenir des solutions de financements pour la rénovation, spécifiques à la copropriété.
Laurent Demas bénéficie d’une habilitation d’“intermédiaire en opérations de banques”. Il est également secrétaire de Planète Copropriété.

Les solutions de financement de la rénovation énergétique intéressent-elles les syndicats des copropriétaires ou les copropriétaires eux-mêmes ?

«Les solutions de financement qui concernent les projets de rénovation des copropriétés le sont à la fois au titre collectif de la copropriété et à titre individuel selon le profil des copropriétaires et selon les travaux envisagés».


Quelles sont les solutions de financement que vous proposez ?

«Il y a deux types de solutions : les aides ou subventions d’un côté et les solutions d’emprunts de l’autre [Lire le dossier en pages 50- NDLR]. Dans notre démarche, nous étudions toutes les subventions aides pour un projet et nous pouvons parfois suggérer certaines actions qui pourraient être subventionnées si nous pensons qu’elles sont en rapport avec le projet».
«Quand une subvention est envisagée, nous montons le dossier pour le compte de la copropriété.
Pour lister rapidement, citons les Certificats d’économies d’énergie (CEE ou C2E), la TVA à 5,5 % pour les travaux d’économies d’énergie, l’exonération de taxe foncière sur certaines communes et le très connu Crédit d’impôt transition énergétique (CITE). Les deux premiers concernent la copropriété dans son ensemble, le Crédit d’impôt transition énergétique et l’exonération de taxe foncière relèvent d’une démarche individuelle que chacun devra faire».
«Autre dispositif : les aides de l’ANAH sont très importantes. Les foyers les plus modestes peuvent être largement subventionnés, mais il y a de fortes disparités selon les départements dans l’application des aides de l’ANAH. Il s’agira d’une démarche individuelle ; elle va concerner les propriétaires occupants, seulement si le projet représente une amélioration de 25 % de la performance thermique. Renseignez-vous auprès de votre correspondant local via le Point rénovation info service (PRIS)».
«Du côté des emprunts collectifs spécifiques à la copropriété, il y a l’Eco-PTZ collectif et les prêts payants collectifs. L’Eco-PTZ collectif permet de financer les travaux relatifs aux économies d’énergie et le second, les travaux n’ayant pas d’impact énergétique. Ce sont des moyens très souples et simples de financer des travaux importants.»
«Il semble important de préciser que l’Eco-PTZ a une durée réglementée de 10 ou 15 ans selon les travaux, alors que le prêt payant existe, lui, pour toutes les durées entre 3 et 20 ans. La combinaison de ces deux produits offre beaucoup de solutions aux copropriétaires.»
«Je précise qu’il n’existe pas d’activité de courtiers en prêt bancaire dans le domaine des prêts collectifs et, d’ailleurs, les deux principales banques représentent probablement 98 % du marché des prêts collectifs de copropriété. Nous ne proposons pas de solutions propres mais la synthèse des meilleures solutions de subventions ou d’emprunts du marché».


Quels sont les documents nécessaires pour recourir à un spécialiste du financement ? À quel moment intervenez-vous ?

«Nous nous appuyons sur les travaux menés par l’architecte, le bureau d’études thermiques et sur la documentation de la copropriété fournie par le syndic et le conseil syndical. Notre action est d’identifier les travaux qui peuvent être éligibles aux aides.»
«Ensuite, nous faisons des calculs par lot, soit avec des exemples représentatifs, soit avec un calcul nominatif pour chaque copropriétaire. Pour chaque appartement, nous estimons la quote-part de travaux et les aides ainsi qu’une hypothèse d’emprunt pour faciliter la réflexion des gens.»
«Il y a deux phases généralement dans les projets de rénovation, une phase liée à l’audit thermique et architectural (tel que l’“audit global partagé” défendu par Planète Copropriété) dans laquelle un état des lieux précis permet d’esquisser des scénarios de travaux. À ce stade, nos calculs déterminent ces scénarios.»
«Ensuite, les copropriétés passent dans une phase d’étude de maîtrise d’œuvre, généralement menée par un architecte ou un bureau d’étude équivalent, qui va approfondir le plan de travaux et consulter les entreprises. Dès lors, nous ajustons les calculs et nous préparons les démarches pour les financements qui seront mis en œuvre à l’assemblée générale. Des réunions d’information et des permanences permettent d’arriver à l’assemblée générale en ayant donné le temps de la réflexion aux copropriétaires.»
«Bien que notre activité soit financière, c’est bien la communication et l’information qui feront la différence au moment du vote. Souvent, les conseils syndicaux, qui se sont longuement imprégnés du sujet, pensent que leurs voisins se contenteront de quelques minutes d’information pour se ranger à leur avis. C’est une erreur fatale pour bien des projets.»
«Nous intégrons toujours à notre offre, des réunions à destination des copropriétaires en amont des assemblées générales, et des permanences individuelles où des questions plus personnelles et confidentielles pourront être abordées.»


Pouvez-vous nous donner les chiffres clés d’une récente intervention de votre cabinet ?

«Nous sommes intervenus dans le 94 sur une copropriété de 210 logements pour un budget global de 2,5 millions d’euros, les quotes-parts variant de 5 000 à 30 000 €. Pour un projet comprenant à la fois des travaux de réfections avec isolation en façades et isolation des toitures, une modernisation de la ventilation, un rajeunissement des halls et un changement de toutes les fenêtres en simple vitrage.»
«Le travail du conseil syndical avec l’équipe technique pour la construction du meilleur projet et ensuite les démarches pédagogiques avec les réunions d’informations traitant à la fois de l’aspects architecturaux, thermiques et financiers, les documents financiers transmis, les permanences individuelles… tout cela a permis d’obtenir un vote avec des résultats que nous n’avions jamais vu : plus de 90 % des présents et représentés ont votés pour cette rénovation exemplaire dont les travaux démarrent à la rentrée ! ».

En savoir plus ? www.vertdurable.com