[N°633] - Réforme du statut de la copropriété ? Les juristes ont remis leur avant-projet au Garde des sceaux

par YS
Affichages : 382

Le GRECCO (Groupe de RECherche en COpropriété) vient de remettre au ministère de la Justice un avant-projet de réforme de la loi du 10 juillet 1965 relative à la copropriété des immeubles bâtis.

À lire

[N°633] - Réforme du statut de la copropriété ? L’essentiel des propositions de la CLCV

par YS
Affichages : 1083

Un article du projet de loi intitulée “Droit à l’erreur et à la simplification” agite depuis un mois, les acteurs de la copropriété. Dans ce projet, qui n’a pas été présenté au Conseil des ministres, le gouvernement serait, selon cet article 30, autorisé à «procéder par ordonnance, dans un délai de vingt-quatre mois (...) à l’adoption de la partie législative d’un code relatif à la copropriété des immeubles bâtis afin de regrouper et organiser l’ensemble des règles régissant le droit de la copropriété». Il s’agirait, notamment, de corriger «certaines rigidités (qui) retardent la nécessaire rénovation énergétique des bâtiments». L’idée serait finalement de renforcer le rôle du conseil syndical.

À lire

[N°632] - Tribune libre : Le principe de La Rochelle

par Sylvie Bouchet, notaire et UNGE (Union nationale des géomètres-experts)
Affichages : 202

Le principe de la Rochelle, édicté par les géomètres-experts, lors du 41e congrès de la profession en 2012, relève de la prudence afin d’éviter bien des contentieux en matière de copropriété. Ce principe de la Rochelle touche directe- ment à la pratique notariale. Et lorsqu’un notaire et un géomètre se rencontrent, qu’est ce qu’ils se racontent ? Des histoires de copropriété bien entendu !

À lire

[N°623] - Contrat-type de syndic : certaines dispositions retoquées par le Conseil d’État

par JMR
Affichages : 494

Plusieurs de requêtes ont été déposées par la Fédération nationale de l’immobilier, l’Union des syndicats de l’immobilier, le Syndicat national des professionnels immobiliers et la Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie, notamment aux fins d’annuler pour excès de pouvoir le décret n° 2015-342 du 26 mars 2015 définissant le contrat type de syndic de copropriété et les prestations particulières. Ces requêtes ont été jointes afin de statuer par une seule décision. Il s’agit de l’arrêt n° 390465 et n° 390491 du 5 octobre 2016.

À lire

[N°621] - Tribune : La copropriété à l'épreuve de la blockchain

par Bertrand WEHRLE-DETROYE
Affichages : 1446

Et si la blockchain (chaîne de blocs) permettait de nombreuses automatisations rendues à ce jour nécessaires pour orienter le métier de syndics vers plus de qualité et de valeur ? Les rares sources sur cette technologie sont unanimes : elle est complexe à expliquer. Essayons de la comprendre sans présupposés.

À lire

[N°618] - Construction : Reprise à tous les étages

par Guilhem GIL
Affichages : 815

Les résultats de la construction à la fin février 2016 révèlent une nette accélération du secteur sur le dernier trimestre, en termes d’autorisations de logements comme de mises en chantier, et en particulier un décollage du logement collectif. Les indicateurs de la création de logements sur le dernier trimestre (décembre 2015/février 2016), publiés par le Commissariat général au développement durable montrent que la dynamique de croissance observée depuis un an se prolonge et s’accélère dans tous les domaines.
Le nombre de logements autorisés à la construction s’établit à 102 300 sur trois mois, soit une hausse de 5,2 % par rapport au trimestre précédent. Sur un an, la création de logements s’établit ainsi à 398 200 unités. Cette dynamique est particulièrement marquée dans le domaine des logements collectifs. Cumulé sur 12 mois, le nombre d’autorisations à construction s’élève à 240 100 unités, en hausse de 11,6 % par rapport à l’année précédente. Les autorisations de logements privés augmentent pour leur part de 2,3 %. Les constructions de logements commencées au cours des trois derniers mois augmentent de 1,9 % par rapport au trimestre précédent (3,7 % pour les logements collectifs) et de 5,5 % par rapport au même trimestre il y a un an. Ce sont ainsi 351
200 chantiers qui ont été lancés depuis 12 mois, en hausse de 2,5 % par rapport à l’année précédente.

©Gérard LEMAIRE - Fotolia

[N°618] - A lire : La rénovation énergétique

par Edilaix
Affichages : 855

La Fédération des agences locales de l’énergie et du climat (FLAME) a élaboré de concert avec les Agences locales de l’énergie et du climat un Guide méthodologique à l’usage des conseils syndicaux et des syndics de copropriété. Il prend la forme d’un guide étape par étape incluant conseils et informations notamment sur la communication avec les copropriétaires, les professionnels à associer, la prise de décision et l’obtention des autorisations d’urbanisme. Il est accompagné d’un guide technique fournissant des informations sur les coûts des travaux, les économies d’énergies possibles, les subventions.

A télécharger gratuitement sur www.federation-flame.org
 

[N°617] - Transition juridique : un syndic dépité

par Edilaix
Affichages : 2294

La dévalorisation du syndic selon un professionnel

Nos lecteurs réagissent toujours à la suite de l’appel à propositions lancé par les ministères du logement et de l’écologie. Nous avons publié ces réactions dans les n° 614, 615 et 616. Ce mois-ci nous publions la réaction d’un syndic professionnel, dépité. Bizarrement, c’est la seule réaction d’un syndic professionnel que nous ayons reçue. «Syndic professionnel depuis 12 ans, diplômé d'un master 2 en droit immobilier, j'exerce mon métier avec passion, rigueur et disponibilité.
La transition juridique est un énième désir de changement pour le changement qui, à l'instar de toutes les lois ambitieuses précédentes, se transformera en texte compromissoire et alambiqué. Le législateur fait et refait sans cesse car en réalité il ne sait pas faire. La seule constante que l'on remarque à travers ces innombrables lois soi-disant refondatrices, c'est la dévalorisation du syndic, toujours plus contrôlé, toujours plus commis aux tâches administratives pour des documents, fiches et carnets en tous genre, et toujours moins rémunéré grâce à un contrat-décret digne des plus grandes heures de l'étatisme.
On peut percevoir le vrai dessein de la transition juridique eu égard au raisonnement basique qui consisterait à faire du conseil syndical, qui contrôle le syndic, un organe à son tour contrôlé, et par la même à son tour dévalorisé. Le paroxysme de la défiance. Qui contrôlera celui qui contrôle qui contrôle qui contrôle ?
La dévalorisation du métier de syndic conduit à un appauvrissement du niveau intellectuel des collaborateurs, gestionnaires et comptables, à l'asphyxie des énergies et des initiatives, provoquant en retour de nouvelles déceptions des copropriétaires vis-à-vis de leur syndic, elles-mêmes génératrices de nouvelles loi réformatrices pour y remédier. Un cercle vicieux.
La loi de 1965 est très bien faite, n'y touchons plus»
.

Gilles Frémont, syndic professionnel.

Vous souhaitez réagir à cet article ?
Nous vous invitons à nous adresser
vos commentaires, vos remarques, vos
suggestions à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 


A lire également : 
[N°614] - Débat : Loi de 1965
[N°615] - Débat : Loi de 1965
[
N°616] - Débat : Loi de 1965 - Olivier BRANE
[N°616] - Débat : Loi de 1965 - Thierry POULICHOT

[N°617] - Fiscalité : le cumul Eco-PTZ et CITE

par Edilaix
Affichages : 760

Dans un communiqué, le ministère de l’Environnement a annoncé l’ouverture à tous les ménages, à partir du 1er mars 2016, de la possibilité de cumuler l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) avec le crédit d’impôt transition énergétique (Cite). L’éco-PTZ permet au propriétaire occupant ou au bailleur de financer les travaux de rénovation énergétique du logement utilisé en tant que résidence principale. Son montant maximum est de 30 000 €, remboursable sans intérêt.
Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (Cite) concerne les personnes effectuant des travaux d’économie d’énergie dans leur résidence principale, le taux de ce crédit s’élevant à 30 % du montant des dépenses (plafonnées à 8 000 € de travaux pour une personne seule, 16 000 € pour un couple soumis à imposition commune).

Formation continue : le décret est paru

par Edilaix
Affichages : 2578

Le décret no 2016-173 du 18 février 2016 (JO du 21 février) relatif à la
formation continue des professionnels de l’immobilier détermine
les obligations de formation continue des professionnels de l’immobilier.
Pris en application de la loi ALUR du 24 mars 2014, le texte entre en
vigueur le 1er avril 2016.
©DR

 

À lire